Virginie Grossat fait une taille 54 et l’assume. En effet, la Lyonnaise assume entièrement ses formes et se ne sont pas ses milliers de fans qui affirmeront le contraire.

L’influenceuse mode XXXL


« Je ne suis pas ronde, je suis grosse, et il n’y a pas de honte à cela ».
Avec ses tenues sexy et ses paroles libératrices, l’influenceuse mode Virginie Grossat captive des dizaines de milliers d’internautes. Agée de 32 ans et Virginie Grossat fait une taille 54 et aime porter des vêtements colorés et moulants. « J’aime beaucoup exacerber ma féminité, marquer ma taille, l’extravagance qui frôle le mauvais goût », explique la Lyonnaise.

Ses propos « sans filtres » séduisent le public. Elle déclare à l’AFP :

« Je ris très fort, je suis maladroite, j’ai un fessier plus imposant que ceux de Nicki et Kim réunis, j’ai des yeux effrayants, mes cuisses se frottent (…) », écrit-elle sur son blog. « L’obésité, chacun la vit différemment. Il y a des gens qui, avec mon poids et ma taille, pourraient être alités. On est tous différents ». Pour rappel Virginie a 24 000 abonnés sur Instagram et 280 000 sur TikTok.

Elle parle de ses influences


En studio, l’influenceuse travaille méticuleusement son image. « Tu peux me faire une photo où on voit beaucoup mes fesses ? » demande-t-elle à son photographe, lors d’un shooting sur les quais de Confluence, à Lyon. Bohème, elle porte un crop top qu’elle marie à une longue jupe jaune à imprimé fleuri. Style citadin, une robe rose ras-les-fesses et des baskets compensées. Sexy, un ensemble noir laissant son ventre apparent. « Ce que je conseille vraiment, c’est d’oser. (…) Porte des trucs dans lesquels tu te sens bien et brille ! » Mais ne souris pas. Virginie, au naturel rieur, « fait la tête » sur ses photos.

Dans les médias, « on voit souvent les femmes rondes très joviales, mais les filles sur les podiums ont un air sérieux, parfois hautain. Je ne vois pas pourquoi je pourrais pas avoir cet air-là, j’essaie d’incarner la mode », rappelle-t-elle, le menton levé.

Virginie revient sur ses propres influences. Elle affirme s’être inspirée de blogueuses comme Stéphanie Zwicky ou encore Gaëlle Prudencio. Ces dernières prônent une mode inclusive depuis déjà une quinzaine d’années. « Le style n’est pas une taille, mais une attitude », relève Stéphanie Zwicky, 83 500 abonnés sur Instagram « aussi bien des femmes qui font du 34 que du 60 »