Vianney a accepté d’intégrer le jury de The Voice après le départ de Lara Fabien et Pascal Obispo. Dans une entrevue avec le Parisien, le chanteur a livré les raisons qui l’ont poussé à accepter ce rôle qu’il a longtemps refusée.

« Je vais être un candidat dans un fauteuil rouge »

Tandis qu’il est actuellement en train de peaufiner son troisième album, dont la sortie est prévue pour octobre prochain, Vianney s’apprête également à vivre une nouvelle expérience de taille. Le chanteur de 29 ans a en effet accepté d’intégrer le jury de la prochaine saison de The Voice. Ainsi, Vianney prendra sa place dans les célèbres fauteuils rouges, aux côtés de Marc Lavoine, Amel Bent et Florent Pagny, qui fait son grand retour après deux saisons d’absence.

Le 3 septembre dernier, Vianney a expliqué pourquoi il avait finalement accepté la proposition de TF1 dans les colonnes au Parisien : « J’ai chanté plusieurs fois dans « The Voice » et j’ai adoré l’équipe, la production, l’esprit de famille. Je viens aussi pour la beauté des rencontres avec des talents qui ne sont pas pervertis par le métier. Je pense sans mépris pour personne que je suis plus proche des candidats que des coachs. Je vais être un candidat dans un fauteuil rouge. Je serai heureux de leur dire que rien n’est joué, qu’une exposition télé ne fait pas une bonne chanson, que le principal est ailleurs ».

« Je vais être comme je suis, c’est-à-dire assez cash »

Toutefois, ce n’est pas la première fois que la production de The Voice fait appel à Vianney. En effet, l’artiste avait déjà révélé sur les ondes de RTL, en 2018, avoir déjà été approché pour endosser le costume de coach dans le télé-crochet musical de la Une.

S’il a mis du temps avant de se jeter dans le grand bain, c’est parce qu’il ne se sentait pas forcément « prêt » à l’idée de juger les talents : « Je me serais senti un imposteur. Cela m’a pris quelques années pour déjà accepter l’idée que j’étais un auteur-compositeur et un chanteur. Il faut se mettre à ma place. Florent Pagny, je faisais sa première partie il y a cinq ans… Je me sens plus les épaules aujourd’hui. »

Quant à sa façon de coacher les futurs talents de la chanson française, Vianney explique : « Je vais être comme je suis, c’est-à-dire assez cash. Je suis très doux dans la vie mais sur la musique, c’est tellement pas sérieux que je peux tout dire, que c’est pas bien, que ça chante faux. Même en studio avec Patrick Bruel, je me demandais parfois si je n’allais pas trop loin », a-t-il révélé au Parisien.