Touche pas à mon poste a été perturbé le mardi 6 octobre  par des manifestants et des vigiles qui ont tenté de s’introduire sur le plateau, avant de se faire sèchement encadrer par la sécurité. Tous ont littéralement pris au dépourvu l’animateur Cyril Hanouna.

Les fameux « aléas du direct » ! Comme chaque soir de la semaine, Touche pas à mon poste était donc diffusé sans différé ce mardi soir sur C8, ce qui a donné lieu à une scène cocasse, de plus en plus rare à la télévision. Il était environ 20H40 lorsque Cyril Hanouna a voulu reprendre son antenne, après une coupure publicitaire, et poursuivre sa discussion avec son invitée du soir, Romane Serda. À peine la musique avait eu le temps de s’éteindre, et l’animateur de reprendre son micro, que des cris se faisaient entendre dans le public, non loin de l’entrée des loges. Des cris qui se sont vite transformés en bagarre, les téléspectateurs entendent clairement des voix masculines et féminines se débattre, et criant le nom du trublion de la chaîne. « Accordez-nous deux minutes Cyril ! » a-t-on par exemple pu entendre. Surpris, Cyril Hanouna n’a eu d’autre choix que tenter de gérer au mieux l’incident.

 »On nous a totalement lâchés. Nous n’avons plus rien »

Mais ce témoignage bouleversant n’a pas été le seul moment fort de la soirée. Très vite, Cyril Hanouna a entendu des cris : “Accordez-nous deux minutes Cyril !” L’animateur vedette a aussitôt répondu : “Qu’est-ce qu’il ce passe ? Attendez, s’il vous plaît ! Il y a un petit incident !” Cyril Hanouna fait signe à la sécurité mais il interpelle aussi l’un des manifestants : “Laissez, laissez, laissez ! Qu’est-ce qu’il se passe, monsieur ? Donnez-lui un micro, s’il vous plaît!”

TPMP: Le silence est revenu et l’un des manifestants a pris la parole. Il était habillé en chemise blanche et cravate, apparaître à l’écran. “Merci… On n’est pas venus là juste pour faire du scandale, ou pour faire du spectacle… Nous sommes des maîtres-d’hôtel, nous représentons les précaires, les “extras””, lance-t-il. Cyril Hanouna a tenté ensuite d’expliquer pourquoi le service de sécurité a été brutal : “vous comprenez, en ce moment c’est compliqué, on est en alerte au niveau sécurité, donc le service fait malheureusement son travail, ils ont paniqué, et si vous parveniez à moi, ça pourrait retomber sur eux”

.