Qui est Isabelle Adjani :

Née le 27 juin 1955 à Paris, Isabelle Adjani est une actrice française. qui a débuté à 14 ans au cinéma, puis entre à 17 ans à la Comédie-Française, en 1972. Elle devient célèbre au milieu des années 1970 grâce à la télévision puis au cinéma et accède rapidement au vedettariat. Elle interprète fréquemment des personnages névrosés, fragiles, mystérieux, perturbés, déments ou psychologiquement instables.

François Truffaut lui offre alors le rôle d’Adèle Hugo pour son Histoire d’Adèle H (1975), avec lequel elle décroche une double nomination au César et à l’Oscar de la Meilleure actrice. S’essayant à tous les genres, elle tourne avec des metteurs en scène aussi différents que Roman Polanski (Le Locataire, 1976), Werner Herzog (Nosferatu fantôme de la nuit, 1979), Andrzej Zulawski (Possession, 1981), Claude Miller (Mortelle randonnée, 1983), ou encore Jean Becker dans L’Eté meurtrier en 1983…

Isabelle Adjani ses relations d’amour :

De 2002 à 2004, elle est en couple avec Jean-Michel Jarre. Alors que le musicien la trompe avec la comédienne Anne Parillaud, Isabelle Adjani révèle au magazine Paris-Match l’infidélité de son compagnon et médiatise leur rupture Si elle concède ne pas aimer l’exposition de sa vie privée, elle explique malgré tout avoir trouvé ce seul moyen pour régler ses différends et avoir souhaité parler au nom des femmes victimes du même sort.

En 2004, elle entame une relation avec le neurochirurgien Stéphane Delajoux. Le couple se sépare en 2009, après cinq ans de vie commune. L’actrice met également un terme à sa participation au projet de site internet médical de son ex-compagnon.

En 2017, Isabelle Adjani confie à Madame Figaro : « Il y a une solitude en moi. Je suis une solitaire. Une solitaire solidaire, avec le sens inné d’une énorme responsabilité collective : les autres prennent une place énorme dans ma vie. Mais là, j’ai pris l’habitude de vivre seule : où installerais-je aujourd’hui cet éventuel amoureux ? Je vais bien, je me sens bien dans mon corps, le bonheur m’arrive de l’intérieur »