Le visage de Sofia Hellqvist aperçu dans un documentaire diffusé ce 3 septembre dernier en Suède affiche des envies d’indépendance. Faire partir d’une famille royale paraît simple à vu d’œil. Mais une fois intégré, beaucoup se rendent compte que ce n’était qu’un rêve d’enfant.


Dure la vie de princesse

En effet, devenir princesses ou duchesse implique beaucoup de sacrifices que les filles ignorent. Etre princesse oblige à se priver de certaines choses. Cependant, Meghan Markle n’a pas tenue le coup. Que se passe-t-il dans les autres familles royales ?

Prenons l’exemple de Sofia de Suède l’épouse de Carl Philip de Suède qui semble également manifestée le désir d’avoir sa liberté. C’est ce que dévoile le documentaire réalisé par la journaliste suédoise Renée Nyberg et diffusé ce 3 septembre en Suède.

La belle-fille du roi de Suède a été suivie durant six jours pendant son voyage en Afrique précisément au Cap. Sofia a achetée cet appartement loin des endroits où elle pourrait être reconnue depuis 2010. Un endroit qui permet à Sofia de vivre comme toutes personnes normales. Elle y a même implanté une œuvre caritative. Sofia y allait très régulièrement mais la crise sanitaire a changée beaucoup de choses.

En effet, la princesse a crée une organisation nommée Project Playground avec laquelle œuvre dans deux quartier précaires du Cap. L’organisation a pour but d’aider les enfants à grandir dans un environnement propre et sécurisé.

« Ici, j’ai le droit d’être qui je veux »

Mais, Les voyages de Sofia en Afrique ne sont pas seulement pour l’humanitaire selon Renée Nyberg. Elle profite de ses déplacements en Afrique où elle est moins connue pour se libérer de certaines contraintes. « Depuis que je suis devenue princesse, j’ai traversé de nombreuses crises d’identité. Qui suis-je ?

En Afrique du Sud, j’ai une certaine identité, et quand je rentre chez moi, j’en ai une autre. Ici, j’ai le droit d’être qui je veux », dévoile l’épouse de Carl Philip. Durant le reportage, Sofia montre d’ailleurs un une autre image d’elle : celle d’une jeune femme drôle, avec « une étincelle dans les yeux », confie la reporter Renée Nyberg.