Le lundi 12 octobre 2020, le journaliste a tenu à rappeler qu’il était « trop fatigué » par sa double greffe pour écrire, et qu’il n’avait jamais caché l’existence de sa prête plume.

Ca fait des jour que « So Foot » a donné la parole à Catherine Siguret, qui a dis que Pierre Ménès n’avait pas écrit son livre  « Deuxième mi-temps », puisque l’auteur l’avait écrit à sa place.

Pierre Ménès n’en est pas à son premier coup d’essai dans le monde de l’édition. Le célèbre journaliste sportif de Canal+ a déjà publié sept ouvrages.

Sa dernière, sortie en 2019 aux éditions Plon. Est un « dictionnaire engagé », sorte d’abécédaire articulé autour des personnalités et événements qui résument à ses yeux le monde du ballon rond. Une thématique en rupture parfois prononcée avec une précédente biographie lui étant consacrée. Intitulée « Deuxième mi-temps », au sein de laquelle il évoque des choses plus personnelles. Notamment la maladie du soda dont il est atteint. Cependant, le magazine So Foot fait de son côté une précision : nos confrères indiquent que Pierre Ménès a en réalité eu recours à une prête-plume même si seul son nom, sans autre mention, a été conservé en couverture.

 » je n’ai jamais caché que j’étais trop fatigué pour écrire ce livre  »

Après avoir écrit les biographies de personnalités publiques. Plutôt liées à la chanson (Lorie) ou aux émissions de télé-réalité (Grégory Basso), elle a en effet prêté main forte au mari de Mélissa Acosta. Or, selon So Foot, elle aurait déclaré :  » Mon nom n’est pas sur la couv’ parce que ça le faisait chier de dire qu’il ne l’avait pas écrit tout seul ». Une phrase que met totalement en doute Pierre Ménès . « C’est complètement faux, elle n’a jamais dit ça, s’insurge-t-il auprès de Télé-Loisirs. Et je n’ai jamais caché que j’étais trop fatigué pour écrire ce livre . Il n’y a qu’à se reporter à toutes les interviews plateau que j’ai déjà données. C’est en février 2017 qu’il a rédigé le bouquin. En décembre 2016 je me suis fais opéré … »

Pierre Ménès avait commencé à témoigner pour son livre après avoir subi ses greffes. Deuxième mi-temps (Ed. Kero) raconte comment il a réussi à survivre de sa cirrhose non alcoolique NASH. Notamment grâce au soutien de ses proches et de son épouse, Mélissa.