Nafissatou Diallo est tristement connue dans le monde entier pour un évènement qui a chamboulé sa vie à jamais. Agressée sexuellement par Dominique Strauss-Kahn dans une chambre du Sofitel New York, elle vient de livrer les détails de ce scandale dans les colonnes de Paris Match.

Détruite et harcelée à cause de DSK

Ce sont des confidences extrêmement rares de la part d’une femme qui se dit détruite et harcelée. Nafissatou Diallo, l’ex-femme de ménage guinéenne du Sofitel de New York dans lequel elle dit avoir été violée par l’ancien patron du FMI, Dominique Strauss-Kahn, est revenue, non sans difficulté, sur les détails de l’affaire dans l’édition du 10 septembre 2020 de Paris Match.

Les faits remontent a plus de neuf ans déjà. Elle tentait à cette époque de joindre les deux bouts pour offrir un avenir à sa fille, qui venait de la rejoindre dans la Grosse Pomme. Mais elle s’est finalement retrouvée au cœur d’un scandale d’ampleur mondiale. Au bout du tunnel judiciaire, les juges pointent ses contradictions et ne reconnaissent pas l’agression sexuelle. De son côté, DSK lui verse une coquette somme pour étouffer définitivement l’affaire. Mais aujourd’hui encore, la plaignante vit dans la crainte de représailles de ceux qui l’accusent d’avoir tenté de berner celui qui se prédestinait à être président de la République française.

« A partir de ce moment tout bascule »


Interrogée sur ce qui s’est passé cette fameuse matinée du 14 mai 2011, Nafissatou Diallo se montre précise, sans non plus donner tous les détails de l’acte en lui-même. Le traumatisme est encore béant quand elle se remémore le déroulé : « Je venais de nettoyer une chambre voisine, la 2820. Dans le couloir, je demande au collègue qui sort de la 2806 si elle est libre. ‘Oui’, me dit-il. Conformément au règlement, je crie trois fois « Housekeeping’ (‘ménage’). Personne ne répond. Donc j’entre en laissant la porte entrouverte. La suite 2806 est très grande. Je ne vois aucun bagage. Dans le salon, je répète ‘Housekeeping !’ Je m’apprête à entrer dans la chambre, sur la gauche, quand je vois apparaître cet homme nu. Alors, je m’écrie : ‘Oh mon Dieu ! Je suis désolée’. Puis tout est arrivé… Et quand cela a été fini, je me suis enfuie en crachant partout ».

Nafissatou Diallo explique qu’elle est ensuite restée sonnée quelques instants dans le couloir, quand Dominique Straussk-Kahn a fini par sortir de la suite, habillé, traînant sa valise derrière lui. « Nos regards se croisent. Il disparaît dans l’ascenseur », ajoute-t-elle. Dans la foulée, elle retourne dans la chambre 2820, proche de celle qui était occupée par le patron du FMI, pour récupérer son matériel de ménage. Elle explique qu’elle avait encore beaucoup de travail. Et de conclure sur ce qui a fait connaître cet épisode au monde entier : « Je suis furieuse, je crache partout et, subitement, Jessica, ma boss, arrive. Elle voit que quelque chose ne va pas et me demande : ‘Nafi, ça ne va pas ? Dis-moi ». Je ne sais pas quoi lui répondre… Mais je finis par lui raconter. Et à partir de ce moment tout bascule ».