Moha La Squale, nom connu de la scène du rap français, a été mis en examen pour des faits de violences, d’agressions sexuelles et de séquestrations par six jeunes femmes.

Accusé de violences, agressions sexuelles et séquestrations

Moha La Squale, de son vrai nom Mohamed Bellahmed, a étudié au cours Florent en 2016, avant de comptabiliser des millions de vues sur YouTube. Le rappeur s’est fait connaître grâce à des vidéos de freestyles publiées sur les réseaux sociaux et notamment sur son compte Facebook en 2017. Son premier album intitulé Bendero est certifié disque d’or en deux mois. Sa notoriété a été immédiate dans la scène du rap français.

Toutefois, le nom du jeune homme de 25 ans est passé des réseaux sociaux à la rubrique des faits-divers. En effet, d’après les informations du Point, le rappeur est mis en examen pour des faits de « violences », d’« agressions sexuelles » et de « séquestrations ». Le parquet a ainsi révélé que « trois plaintes ont été déposées à son encontre lundi par trois anciennes compagnes ».

Au total, six victimes se sont rendues le 7 septembre dernier au commissariat du 19ème arrondissement afin de porter plainte contre Moha La Squale. Trois des victimes « avec une identité connue ». Les victimes présumées sont âgées de 23 à 28 ans. Maître Thibault Stumm, avocat des victimes a déclaré à l’AFP : « Elles ont fourni à la police des témoignages assez longs » et « les auditions se sont terminées ce matin tôt ». Il a notamment précisé que « certains faits remontent à plus de deux ans, d’autres à quelques mois ».

Incarcéré à 18 ans


L’une des internautes plaignantes, « Luna », serait une ancienne compagne de Moha La Squale pour laquelle il avait sorti un album éponyme. Sur les réseaux sociaux, la jeune femme a confié : « J’ai passé deux ans avec Moha. Deux ans d’enfer, de violences physiques, psychologiques, de menaces, de cris, de larmes, d’interdictions en tout genre. (…) Il m’a écrit Luna alors qu’il passait son temps à me hurler dessus, à me reprocher tout et n’importe quoi, à être super-violent avec moi ».

De son côté, ni Moha La Squale, ni son avocate, Maître Élise Arfi ne se sont exprimés sur ces plaintes. D’ailleurs, ce n’est pas la première fois que le jeune homme se retrouve devant la justice. En effet, à l’âge de 18 ans
Moha La Squale a fait un séjour forcé dans la prison de Fleury-Mérogis pour trafic de drogue.