Julian Bugier prendra prochainement les rênes du JT de France 2. Dans un entretien accordé au JDD le 12 décembre 2020, le journaliste révélait les prochains changements du journal télévisé.

Après l’éviction soudaine de Marie-Sophie Lacarrau vendredi 18 septembre 2020; France 2 cherchait un nouveau visage pour prendre les commandes de l’édition de la mi-journée. C’est finalement quatre jours plus tard, le 21 septembre 2020 que la chaîne annonçait en interne, par l’intermédiaire de Laurent Guimier, nouveau patron de l’information du groupe, le nom de celui qui prendra prochainement le relais de la dernière recrue de TF1. Il s’agit de Julian Bugier, jusqu’alors joker d’Anne-Sophie Lapix au 20 heures de France 2. Une nouvelle fonction qui fait la joie du compagnon de Claire Fournier. Et au vu de ses dernières déclarations, le trentenaire a bien l’intention de faire évoluer le contenu du journal télévisé. C’est du moins ce qu’il a affirmé dans une interview accordée au Journal du Dimanche, le samedi 12 décembre 2020.

Julian Bugier souhaite renforcer le lien avec les téléspectateurs

Julian Bugier prendra les rênes du JT de France 2 dès le 4 janvier 2021. Une rentrée sous le signe de l’évolution puisque le journaliste travaille actuellement sur des changements importants concernant la ligne éditoriale du programme télévisé. « Avec l’équipe nous allons l’enrichir avec une offre tournée plus encore vers les territoires » a-t-il déclaré au Journal du Dimanche.

« Le nouveau 13 Heures sera plus fléché, plus rubriqué« , affirme Julian Bugier. S’il révèle qu’il ne va pas « renverser la table d’un journal auquel un public, fidèle, est très attaché »; le présentateur compte bien « renforcer l’interactivité avec le public » en se rapprochant « de trois piliers de la vie quotidienne des Français ; la proximité/le patrimoine, la santé et la consommation ». Pour ce faire, les collaborateurs de Julian Bugier lanceront « un appel à candidatures via franceinfo.fr sur laquelle les téléspectateurs nous signaleront les initiatives positives près de chez eux »; afin que les équipes journalistiques puissent aller sur le terrain pour les raconter.