Indochine avait refusé en 2006 de faire la première partie du groupe britannique à cause du coût très élevé des prix des billets des Stones.

Un « Niet » indiscutable


En effet, Indochine avait dit un « non » catégorique à l’un des meilleurs groupes de rock du monde. Cependant, Nicolas Sirkis, leader de la formation française invité sur le plateau de C à Vous, a fait un retour sur ce jour où lui et ses collaborateurs ont déclinés une offre des Rolling Stones.
Rolling Stones, les rockeurs Anglais avaient proposé au groupe français de faire leurs premières parties au cours de leur tournée en 2006. Nicolas Sirkis et ses amis ont choisit de refuser l’offre. Cette décision avait suscitée la curiosité de bon nombre de personnes sachant que Sirkis est un admirateur des Stones.

“C’est un groupe que je vénère et que j’adore, je crois que la première chanson que j’avais écoutée quand j’avais treize ans c’était Brown Sugar », affirme le leader avant de dire plus tard la cause de son refus.

Indochine: « Je regrette un peu »


« Je ne concevais pas le prix des places, je ne voulais pas participer à ça », a avoué le leader du groupe français, évoquant le coût élevé des billets qui coûtaient à partir de 200 euros, et allant jusqu’à « 400, 500 euros », selon lui.

« Les productions de concerts dans des stades ça coûte super cher, mais nos places ne coûteront pas plus que 80 euros », a-t-il assuré. « Je trouve qu’au-delà c’est de l’abus et c’est pour gagner de l’argent. Nous, le but d’Indochine, ça n’a jamais été de s’enrichir, je le dis à chaque fois ».
« Donc là pour les Stones, ouais, je regrette un petit peu, mais bon voilà, je peux pas », confit le chanteur, ajoutant que « s’ils faisaient un concert gratuit », le groupe accepterait sans hésiter.

Indochine soufflera en 2021 sa 40ème bougie et a prévu de grandes choses pour cette l’occasion. Plusieurs événements sont au programme, entre autres une tournée, le « Central Tour », qui passera par cinq stades (Bordeaux, Marseille, Paris, Lyon, Lille).