Didier Raoult était interviewé par David Pujadas pour la chaîne LCI. Et durant cet entretien, l’infectiologue ne s’est pas montré très tendre envers le gouvernement, mais aussi, à l’encontre du journaliste.

Entretien musclé pour David Pujadas. Le 27 octobre dernier, le journaliste a interviewé pour la chaîne LCI le professeur Didier Raoult ; pour discuter de la deuxième vague de Covid-19 et à ce moment-là, du reconfinement des Français qui était dans les tuyaux et pas encore officiellement annoncé par Emmanuel Macron. Et si l’infectiologue est loin de faire l’unanimité au sein de la classe politique; mais aussi le corps médical, il se trouve que lui, ne porte pas vraiment les journalistes dans son cœur. Déjà agacé par Jean-Jacques Bourdin en juin dernier; voilà qu’il s’est emporté face à l’ancien présentateur du JT de France 2.

« Vous ne croyez pas me couilloner comme ça »; « vous êtes le seul qui doit me prendre pour un imbécile », « vous êtes tous cinglés »« je ne vais pas changer votre cervelle comme elle est »« je ne vous emmerde pas quand vous me posez des question, laissez moi répondre »… Durant cet entretien, David Pujadas en a pris pour son grade face à un Didier Raoult infantilisant et très direct. Un comportement « méprisant » de la part du professeur, qui travaille sur une nouvelle étude qui va faire parler, et qui a été dénoncé par Bernard Montiel sur le plateau de TPMP.

Le journaliste pas tendre avec ses collègues:

Il n’hésite pas à monter au créneau pour dézinguer les journalistes qui lui posent des questions sur sa vie privée; le comportement de Didier Raoult envers ses collègues n’est pas non plus très reluisant. Tandis que certains décrivent une « ambiance toxique » et des « pratiques destructrices »Ziena Elsawi elle va plus loin. La doctorante soudanaise avait en 2017 envoyé une lettre à Frédérique Vidal, ministre de la Recherche, pour dénoncer les conditions « inexpliquées » de suspension de sa thèse, et relater « les cris, les insultes » de Didier Raoult , ainsi que « la souffrance » qu’un tel traitement provoquait chez elle, rapporte Paris Match. Une nouvelle polémique pour l’infectiologue qui malgré la controverse peut compter sur la confiance d’Emmanuel Macron.